Lexique

 

La ploïdie

C’est le patrimoine génétique de l’espèce. En Ray-Grass on distingue les variétés diploïde (2n chromosomes) et tétraploïde (4n chromosomes), (n étant le nombre de chromosomes).

 

L'alternativité

Elle correspond à la faculté d’une variété à épier dès l’année du semis. En cas de semis de Printemps, il y aura chez une variété dite « alternative » une montée à graines. Une variété dite « non alternative » semée au Printemps produira une herbe « feuillue » c’est-àdire sans épis l’année du semis.

 

La tardiveté d’épiaison

Elle est définie par la date de son stade épiaison. Une variété est dite « épiée » lorsque 50% des épis sont visibles. Il s’agit d’un stade clé au-delà duquel le pâturage est plus difficile et la valeur alimentaire en constante diminution.

 

La remontaison

Elle concerne l’aptitude d’une plante à redonner des épis après une exploitation (fauche ou pâture) effectuée à l’épiaison.

 

L’ingestibilité

C’est la quantité de Matière Sèche d’un aliment que peut absorber un animal non rationné ; exprimée

en g/kg de poids de l’animal/jour. Les paramètres agissant sur la quantité ingérée sont :

- la digestibilité

- la dégradabilité

- l’appétibilité

- la teneur en eau du végétal (élevée encombrera la panse de l’animal).

 

La pérennité

Il s’agit de la durée de vie de l’espèce.

 

Le départ ou démarrage en végétation

C’est la date à laquelle la variété a la capacité de repartir en végétation à la sortie de l’Hiver. Pour les graminées, ce critère conditionne la date de mise à l’herbe.

 

La souplesse d’exploitation

C’est l’intervalle entre le départ en végétation et le début de l’épiaison. Soit en pratique, la période dont disposera l’éleveur entre la date de mise à l’herbe et l’épiaison. Plus cette phase sera longue, plus la variété sera souple d’exploitation ; elle détermine la facilité d’utilisation d’une variété ainsi que la constance de la valeur alimentaire.

 

La montaison

Il s’agit de la période d’allongement de la tige jusqu’à l’épiaison.

 

L’appétibilité

C’est l’aptitude que possède un aliment à être apprécié par l’animal. La dureté du végétal (lignine/cellulose), le goût et la teneur en glucides solubles sont des critères intervenant dans l’appétibilité du fourrage.

 

La digestibilité

Il s’agit d’un ratio : Quantité ingérée – quantité éliminée dans les fèces / quantité ingérée * 100. Ce ratio varie de 50% à 85% pour une herbe verte et dépendra globalement de la teneur en membranes cellulaires, en matière sèche, la digestibilité de la cellulose et de la lignine, la quantité consommée par l’animal.